La Russie

La Roul'HOT

Food, Drink & Lifestyle

Le tour du monde de la cuisine
La russie

 

La Russie

LA russie

 

Les J.O. d'hiver 2014 arrive !!! : Que mange t-on Dans ce pays ?

 

La froideur du climat a fait des Russes d'impitoyables mangeurs… Pour se réchauffer le corps et l'esprit en plein hiver, pour partager un bon moment familial, ou entre amis et collègues après une rude journée… Tout est prétexte à manger au pays des Tsars. Ici on mange beaucoup, gras et copieux !

 

La cuisine russe, ce n'est pas une gastronomie, ou si l'on trouve une corrélation entre ces deux termes, le seul lien possible serait le plaisir de manger… La cuisine russe, c'est avant tout la quantité avant la qualité, l'aspect nutritif avant le goût. Ceux qui désirent savourer du raffiné en Russie devront se tourner vers les restaurants italiens et français du coin, sinon, à part le délicieux, mais coûteux caviar russe réservé à des privilégiés, la Russie n'offre pas de mets de luxe à proprement parlé.

 

Au petit-déjeuner, le Russe prendra un repas plutôt léger (surtout lorsqu'on le compare au déjeuner et au dîner). On verra sur la table du thé, du yaourt, des blinis et du poisson fumé. Un repas qui permet donc d'attendre convenablement le repas qui suivra.

 

Le déjeuner et le dîner sont toujours présentés sous une même forme : en apéritif, les Russes aiment manger des hors-d'œuvre, dits zakouskis. La Russie, c'est le pays du poisson, bordé par la mer, possédant de nombreux lacs et rivières, le pays regorge de poissons que l'on retrouve forcément sur les tables. Ainsi n'est-t'il pas étonnant que les zakouskis soient souvent faits avec du saumon, de l'esturgeon, du hareng ou des anguilles fumés… Certains même les font au caviar (ikra) ! Après ces petites mises en bouche, les Russes mangent quasi systématiquement des soupes (piervoye). Dans les plus connues, on retrouve le potage de betterave (borchetch), le potage à la choucroute (chtchi) ou encore le potage au rognon de bœuf (razsolnik). Ensuite arrive le plat de résistance (vtaroye), qui se compose de tout ce que la terre peut donner. Aux légumes du potager cuisinés (dont les célèbres feuilles de chou farcies : goloubzy, ou les champignons) sont assortis des viandes, des viandes et encore des viandes ! On retrouve le bœuf en première position, souvent cuisiné à la manière Stroganov (lamelles de viande servies avec des oignons et de la crème), mais il ne faut pas omettre de citer les brochettes (shashlick), les fameuses côtelettes et boulettes de viandes, ou encore les varienniki, sorte de raviolis à la viande. On retrouve aussi parfois du poulet, moins prisé, mais présent (kotkiéti pa kievski ; blancs de poulet au beurre). Bien sûr, le repas s'accompagne de boissons, alcoolisées le plus souvent. Même si la vodka, la célèbre boisson du pays est encore très consommée, la bière prend de plus en plus de place. L'été, on préférera une kvas (boisson pétillante fermentée avec du pain dans l'eau, légèrement alcoolisée) pour se rafraîchir. On trouve également quelques vins du pays, comme le Kagor (style de cahors local) ou le champanskoye (mousseux).

 

Après ce repas copieux, les gros mangeurs auront peut-être de la place pour un dessert traditionnel, comme la vatrouchka, une tarte au fromage blanc), ou les blintchiki (crêpes fourrées). Un vrai Russe prendra toujours à la fin du repas un bon thé (tchaï), véritable reflet de l'hospitalité des habitants. Moment de détente par excellence, le Russe invitera amis, voisins ou même étrangers pour le partager. Souvent noir, aromatisé aux agrumes, le thé russe est une véritable institution et répond à des critères très précis. C'est dans la samovar (grande bouilloire) que l'on fait chauffer l'eau. Les feuilles de thé sont quant à elles versées dans du tchaïnik (théière). Pendant qu'elles infusent, on rajoute l'eau chaude du samovar, puis l'on sert le tout. Il est également courant qu'en buvant une gorgée, on maintienne un morceau de sucre entre les dents, ou que l'on prenne une cuillerée de confiture. Ce petit rituel aromatise ainsi le thé avec douceur…

 

Les Russes sont donc gourmands, mais contrairement à leurs voisins français ou italiens, leur cuisine est le reflet de la simplicité. Au pays, on n'aime pas forcément partir dans des délires créatifs culinaires. Les plats sont composés d'éléments peu travaillés, presque servis comme s'ils avaient été tout juste tirés de terre. À part quelques assaisonnements au beurre, à la crème ou aux oignons, le plat est très nature, et garde un goût très originel. Ceux qui viennent en Russie pour l'originalité feront vite demi-tour, ici on a le goût du vrai…Même les desserts, délicieux, ne montrent pas un esprit novateur exacerbé. Mais qu'à cela ne tienne ! Le Français, habitué à la variété, au mélange sucré salé… sera fort surpris de retrouver en Russie les goûts de la bonne cuisine d'antan, un peu comme s'il déjeunait chez grand-mère !